Edicionesbalboa.net » Santé » Défibrillateur : comment fonctionne-t-il ?

Défibrillateur : comment fonctionne-t-il ?

Le défibrillateur est sans doute l’une des inventions médicales les plus salvatrices de l’histoire. En effet, avant sa mise en place, une personne présentant un trouble du rythme passait directement l’arme à gauche, mais depuis sa création un pourcentage non négligeable de patients est quotidiennement sauvé ( récupéré, dira-t-on dans le jargon médical).

Pourquoi le défibrillateur est-il utile ?

On peut se demander comment ce petit appareil peut-il sauver autant de vies, et pourquoi sa présence sur le lieu de l’urgence est parfois la seule chose dont dépend la survie du patient.

Eh bien, le défibrillateur permet de remédier à des affections très graves du cœur, souvent mortelles d’ailleurs : les troubles du rythme-ou arythmies.

Ces arythmies qui sont souvent des dérèglements ventriculaires (la partie la plus importante du cœur), sont de deux types :

  • Les tachycardies : qui correspondent à une augmentation importante de la fréquence à laquelle bat le ventricule.
  • Les fibrillations : qui sont des fréquences tellement rapides qu’elle ne laissent pas le temps au ventricule de se remplir correctement. Ces fréquences sont tellement élevées qu’on parle volontiers de « tremblements » du ventricule que de battements proprement dit.

Inutile de préciser qu’à des fréquences très élevées, le cœur n’a pas le temps de se remplir de sang, et d’expulser la quantité nécessaire au bon fonctionnement des tissus, ainsi, très vite, l’arrêt cardiaque survient.

C’est à cette phase qu’entre en jeu le défibrillateur, qui vient « choquer » le cœur pour le remettre à zéro en quelque sorte. Le processus étant relativement complexe et nécessitant une compréhension de l’électrophysiologique cardiaque.

Comment utilise-t-on le défibrillateur ?

Afin d’augmenter les chances de survie du patient en arrêt cardio-respiratoire, la quasi totalité des défibrillateur sont aujourd’hui automatisés. Ils sont donc munis d’instructions enregistrées qui vous seront transmises en temps réel.

Le défibrillateur s’occupe également d’analyser le rythme cardiaque et de vous dire si oui ou non, il y a indication à la délivrance d’un choc électrique.

Ainsi, guidés durant la totalité du processus de réanimation, vous serez en mesure de correctement administrer les chocs électriques au patient.

Quand a-t-on recours au défibrillateur ?

On place les électrodes d’un défibrillateur sur toute personne inconsciente qui ne respire plus mais après analyse, le défibrillateur ne jugera pas toujours utile de délivrer un choc.

On parlera donc de rythme « choquable » et de rythme « Non choquable », et contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, les indications du choc électrique sont relativement restreintes :

  • Tachycardie ventriculaire.
  • Fibrillation ventriculaire (rapidement mortelle sans choc).

En somme, contrairement aux idées reçues et à ce qu’on a pu voir dans le cinéma, on ne choque pas une asystolie (arrêt de l’activité cardiaque).